Estelle Lagarde

L’Auberge

Préface de Marie Deparis-Yafil
Textes de Liza Kerivel, Estelle Lagarde, Christophe Lambert et Alain (Georges) Leduc

Livre d’art

28,5 x 23 cm à la française
64 pages en couleur
reliure cartonnée, dos toilé
ISBN : 978-2-36669-017-0
27 €

Acheter en librairie indépendante :

Ailleurs :

Liée par des souvenirs d’enfance à ce lieu atypique, Estelle Lagarde y a posé son objectif, convié des personnages à jouer ou à rejouer l’histoire rêvée de cette auberge, portrait d’une France qui n’existe plus; mélange joyeux et nostalgique d’une certaine douceur de vivre et d’une époque sans doute révolue.

Estelle Lagarde jongle ici avec les archétypes de la fiction et de la représentation. Elle joue avec nos ambiguïtés, nos peurs, nos instincts. Par un travail délicat et précis sur la lumière, la transparence induite par les multiples temps de pause, elle poursuit son travail sur l’apparence et le trompe l’œil. Sa photographie, ouvertement du côté de la mise en scène, décrypte avec une jubilation teintée d’humour les faux-semblants et les codes de notre histoire intime ou sociale. C’est hors du temps que semblent avoir trouvé refuge les personnages qui peuplent l’étrange auberge d’Estelle Lagarde. Réunis, ils composent une intrigante palette de protagonistes, flottant entre une réalité décalée et une fiction matérialisée.
Quelques signes laissant entr’apercevoir que ceci n’est peut-être au final qu’une farce surréaliste. Cependant l’indécision demeure. Le doute est toujours là, à chaque image.

La fiction est au cœur de l’œuvre d’Estelle Lagarde. Elle part de la réalité pour nous conduire vers le rêve, l’absurde, l’incongru et questionne notre condition, notre intimité. De « Dame des Songes » en « Contes Sauvages », d’« Hôpital » en « Maison d’arrêt », c’est par le biais de l’étrange et de l’onirique qu’elle semble vouloir regarder et éprouver le monde qui l’entoure. La rencontre avec un lieu est le facteur déclenchant et tangible d’une construction visuelle, d’une plongée dans la fiction, et
dans un mouvement retour, d’une possible interrogation du réel. Son œil de photographe est aussi celui d’une architecte: sur le terrain, en découvrant des bâtiments en passe d’être détruits, réhabilités et destinés à une nouvelle vocation, naît l’idée d’une nouvelle mise en scène.

Expositions

Mathilde Hatzenberger Gallery, Bruxelles
du 19 novembre au 19 décembre 2015
Les photographies de « L’Auberge » seront exposées à l’occasion de la parution du livre.
www.mathildehatzenberger.eu

Fotofever Paris – Foire de photographie 4e édition
du 13 au 15 novembre 2015
Carroussel du Louvre, Paris 1er
www.fotofeverartfair.com

La Quatrième Image – Salon international de photographie 3e édition
du 27 octobre au 1er novembre
Espace des Blancs-Manteaux, Paris 4e
www.laquatriemeimage.com

 

 

 

 

Crédit Estelle Lagarde

Contact

15 + 13 =