Albert Moser

Galerie Christian Berst

 

Life as a panoramic

Textes de Phillip March Jones, André Rouillé, Christian Caujolle, Christian Berst

Livre d’art

30 x 17 cm à l’italienne
208 pages en couleur
Bilingue français/anglais
Couverture cartonnée à bords francs
Tirage limité à 250 exemplaires numérotés
Isbn 978-2-36669-002-6
40€

Ouvrage disponible à la galerie

Acheter en librairie indépendante :

Ailleurs :

À l’instar de Miroslav Tichy – que le monde de l’art a pu apprécier grâce aux expositions de Harald Szeemann et, plus récemment, lors d’une rétrospective au Centre Pompidou – Albert Moser, créateur aussi sauvage que secret, est une découverte majeure.
D’abord parce que son exposition soudaine repose la sempiternelle question de la réception d’une telle œuvre, conçue et conservée dans la clandestinité. Ensuite, parce que les créations de Moser interrogent avec plus de force encore la problématique de la photographie dans l’art brut. Au risque, comme l’écrit André Rouillé, “d’infirmer ainsi la supposée essence manuelle” de cet art.
Mais, au-delà de ces interrogations sur les critères et les classifications, ce travail s’apparente, selon Christian Caujolle, à une “matérialisation d’une projection sur le monde d’images mentales”, voire à “un exercice cathartique” comme le suggère Phillip March Jones. Ce qui frappe, d’ailleurs, outre l’audace poétique, c’est la volonté délibérée de réinventer, voire tordre la réalité saisie dans l’objectif. Moser recoupe ses clichés puis les colle les uns aux autres avec du ruban adhésif pour produire des œuvres qui rompent avec la planitude et dans lesquelles le paysage se referme sur lui-même, comme sur celui qui regarde, en une sorte de vertige optique qui contraste avec l’amplitude du déploiement propre au panoramique. Né en 1928 à Trenton (NJ), ce fils d’immigrants juifs russes, atteint d’autisme, a vécu jusqu’à l’âge de 60 ans avec ses parents et ne les a quittés que durant son service militaire dans les forces d’occupation américaines au Japon, de 1946 à 1948. Sa vie fut ensuite rythmée par une succession de petits boulots et dominée par l’idée qu’il serait photographe. À désormais 84 ans, dans le foyer d’accueil où il vit, Albert Moser réalise inlassablement des centaines de dessins, sortes de mandalas qui se caractérisent par la scansion de motifs géométriques. Cet ensemble forme peut-être le deuxième volet de sa cosmologie personnelle, et ses éléments, mis bout à bout, constitueraient à nouveau un panoramique parfaitement imparfait, à l’image de la vie

www.christianberst.com

 

 

 

 

 

 

Vue d’exposition

Contact

1 + 9 =